Louise de Marillac, Lettre 0017: à Monsieur l’abbé de Vaux

Francisco Javier Fernández ChentoÉcrits de Louise de MarillacLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Louise de Marillac .
Estimated Reading Time:

à Angers

Ce 24 mars 1640.

Monsieur,

Je viens de recevoir toutes les nouvelles que votre charité a pris la peine me mander, elles touchent un peu mon sentiment ; mais Dieu aidant, la volonté se rangera à celle de Dieu, aux événements qu’il lui plaira arriver.

Ne serait-il point à propos, Monsieur, de faire mettre sur les articles celui que l’on a ôté, qui faisait connaître la liberté que Messieurs les Administrateurs ont de renvoyer les Filles et à nous les retirer, afin de faire connaître que Monsieur Vincent n’a jamais eu dessein de conquérir l’hôpital; car, pourvu que cela soit réciproque, il n’importe ni à l’un ni à l’autre.

Je ne manquerai pas, Monsieur, de communiquer votre lettre à Monsieur Vincent.

J’écrivis hier à Monsieur Solimon1 et le priai que, tandis que nos filles sont peu, qu’elles ne sortissent que le moins qui se pourra. Mais ma Sœur Turgis a fait faute de ne pas acheter ce que les Pères2 désiraient. Si vous le jugez à propos, s’il vous plaît, lui commander d’en faire des excuses. Je crains bien que ces Messieurs se laissent persuader aux déférences des murmurateurs; car il ne me semble pas qu’ils aient assez de disposition pour excuser entièrement les incommodités qu’ils reçoivent des infirmités de nos filles, par la vue de la conduite de Dieu en des affaires de telle importance.

Je ne vous puis pas dire, Monsieur, la consolation que j’ai que la bonté de Dieu ait commis cette affaire au soin de votre charité; ce m’est un adoucissement à toutes les difficultés qui se présentent et même à la rupture, si Dieu permet qu’elle arrive, car je ne doute point de la continuation de votre charitable soin, que vous me faites encore l’honneur me témoigner pour ma pauvre et chétive personne, qui vous est tant obligée, ce qui me fait être toute dans l’assurance que vous me croyiez en l’amour de Jésus Crucifié, Monsieur, votre humble fille et obéissante servante.

  1. L’un des Administrateurs de l’hôpital.
  2. Pères de la Charité: nom donné aux Administrateurs de l’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.