Histoire générale de la Congrégation de la Mission (23)

Francisco Javier Fernández ChentoHistoire de la Congrégation de la MissionLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Claude-Joseph Lacour cm · Année de la première publication : 1897.
Estimated Reading Time:

XXIII. Mémoires pour empêcher l’in-observance des règles dressées par ordre de l’assemblée 1673

logocmLe nouveau général satisfit à tout, mais il eut besoin d’un peu de temps pour cela. Et il envoya ensuite les différents mémoires ou réponses avec une lettre datée du 4 août 1673, où il dit : L’assemblée, ayant réglé par ses décrets et résolutions beaucoup de choses qui lui furent proposées pour le bien de la Compagnie, et, de plus, donné divers moyens fort utiles pour remédier aux déchets qui avaient paru en des particuliers dans l’observance des règles, lesquelles ont été digérées en deux mémoires, l’un pour le supérieur, et l’autre pour la maison et je vous les envoie tous les deux.

Dans le premier il est dit que les pratiques communes, dont se sert la Congrégation pour la perfection de ses sujets, étant très propres pour y maintenir en vigueur l’observance des règles et l’exercice des vertus qui y sont recommandées, tous doivent s’étudier d’en faire un bon usage, spécialement des exercices journaliers de piété, conférences spirituelles, retraites annuelles, avertissement de ses défauts reçus ou des supérieurs obligés à cela par leur charge, ou des égaux qui doivent dans les chapitres selon l’usage de la Congrégation, exercer cet office de charité. Et à qui pour cela il faut de temps en temps demander cette grâce, qu’entre les règles l’observance nous doit être en singulière recommandation, celle qui prescrit l’obéissance au supérieur tient un des premiers rangs, étant la base et le fondement de toute une communauté, aussi bien que la voix assurée de la perfection, et du salut, et un des principales sources de la paix et du repos d’esprit dont on peut jouir en cette vie. Qu’ainsi il faut soigneusement pratiquer cette règle et se souvenir qu’on est obligé de reconnaître, et honorer J.C. dans les supérieurs, de leur obéir en cette vie, de soulager ainsi par la soumission le poids pesant, et difficile à porter de la supériorité. Se défier et se détacher de son propre jugement, et volonté souvent corrompue par des inclinations naturelles auxquelles on a renoncé par le vœu d’obéissance. Qu’il fallait empêcher les aversions particulières, contraires à la Charité et à l’esprit de la Congrégation, de se glisser dans les maisons, en faisant attention d’éviter les murmures, médisances et autres discours contre la Charité, à quoi l’observance du silence peut beaucoup servir. N’entretenir aucune amitié particulière, ni affecter des singularités dans la façon de faire, ne pas rapporter ce qu’on aurait entendu des particuliers, beaucoup moins des supérieurs. Si cela en peut donner du mépris ou de l’aversion, sans pourtant manquer à la règle d’avertir les supérieurs des choses nécessaires. Ne pas donner l’entrée de son cœur à des refroidissements de charité, ni à plus forte raison les faire paraître au dehors. Et en cas de contestation, ou autre sujet de division y remédier promptement par une réconciliation parfaite.

On continue en disant que l’indévotion et la négligence dans son avancement spirituel sont contraires à la principale fin de l’Institut, très indignes d’ailleurs de toutes personnes consacrées à Dieu, et la source de plusieurs défauts très préjudiciables dans des communautés, tels que la délicatesse et l’immortification de l’esprit, la sensualité du corps, le soin immodéré de la santé ; chacun doit s’efforcer d’éviter ces vices et les autres qui s’ensuivent, et pour cela s’acquitter fidèlement de la méditation tous les matins pour en tirer du fruit ; fuir l’oisiveté en employant utilement le temps conformément à son état, évitant les communications trop fréquentes et superflues avec les externes, n’être pas curieux des nouvelles du monde, ni des choses inutiles à sa profession, réprimer le trop grand soin de sa santé, les pensées superflues des remèdes, et autres soulagements du corps par un abandon de soi-même à la Providence, et à la conduite des supérieurs, que comme la nature se relâche aisément dans l’observance de la pauvreté à moins d’une attention particulière et que les fautes contre cette vertu dont on a fait vœu peuvent quelques fois être plus considérables qu’on ne pense. Il est à propos que tous réfléchissent de temps en temps et surtout dans les retraites sur les actes qui en sont marqués dans les règles, et prendre garde que l’esprit de propriété ne porte insensiblement à recevoir et disposer des choses par indépendance sans permission du supérieur, et entre celles dont l’usage est permis, se garder du superflu, et au-delà de son besoin comme livres, habits, &c, qu’il faut remettre dès qu’elles ne sont plus nécessaires dans le lieu destiné pour les garder.

Il est parlé de la modestie et de l’uniformité dans les habits gardés jusqu’au présent dans la Congrégation, et recommandés par les règles qu’on dit être très utiles pour maintenir une grande humilité et mépris du monde, comme aussi la charité et union fraternelle, et par conséquent chacun doit y être fidèle jusqu’aux plus petites choses, de peur que la négligence en celles-ci ne conduise peu à peu au relâchement dans les plus grandes, et on marque en particulier l’usage de la Compagnie pour la soutane, chapeaux, et souliers ; savoir la soutane comme les autres habits sera d’une étoffe commune, fermée par devant sans boutons, si ce n’est depuis le haut jusqu’à environ la ceinture, et il ne doit y en avoir tout au plus que quatorze au-dessous du collet. Le chapeau aura neuf doigts ordinaires de largeur dans les ailes, huit de hauteur pour la forme ; qui soit plate dessus et non pas ronde. Les souliers seront d’une forme simple et commode pour l’usage, et la hauteur du talon de deux doigts, en sorte que la dernière semelle passe par dessus, et le coudre tout à fait. Ces règlements marquent visiblement une Compagnie dans la vigueur de son premier esprit et qui s’avise de tous les expédients possibles pour prévenir le relâchement qui peut se glisser dans les Communautés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.