Frédéric Ozanam et la civilisation de l’amour (IX)

Francisco Javier Fernández ChentoFormation VincentienneLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: .
Estimated Reading Time:

Federico-Ozanam-5Sans se départir de la discrétion et de l’humilité que la Société de Saint-Vincent de Paul doit observer jusque dans ses regrets, Adolphe Baudon marqua par une circu­laire la perte irréparable qu’elle venait de faire. Quant aux amis et aux compagnons de jeunesse, leur douleur ne se cicatrisa point, leur attachement à la chère mémoire ne faiblit point avec les années. « Cette mort et celle de mon père, » écrivait Lainer, « ont changé, en quelque sorte, le cours de mes idées. Je fais souvent les mêmes choses qu’auparavant, mais je ne les fais plus avec la même âme. » Et Lamache trente ans après : « Fidèle au conseil de la pru­dence chrétienne et aux recommandations testamentaires d’Ozanam, je n’ai point cessé de prier pour le repos de son âme, quoique bien persuadé que les prières qui visent le Purgatoire sont parties tout droit en Paradis et retom­bent sur celui qui les a faites. »

Ce qui est plus touchant et plus merveilleux encore, c’est la recrudescence de vénération dont depuis quelques années, sans mot d’ordre concerté, le souvenir d’Ozanam est spontanément entouré dans les nouvelles générations de la Société de Saint-Vincent de Paul. Des conférences étrangères à la France et même à l’Europe s’enquièrent avec un pieux empressement des détails de la vie de ce patriarche de la charité chrétienne et laïque dans les temps modernes. Lorsqu’au printemps de 1909 les délégués de la Société ont tenu à Rome une grande assemblée inter­nationale, le cardinal qui devait la présider, consulté sur le sujet qu’il convenait de mettre à l’ordre du jour, répon­dit sans hésitation : «Un rapport sur Frédéric Ozanam. » De temps à autre enfin, des Américains de passage à Paris, évêques, prêtres ou laïques, se rendent à la lointaine église Saint-Joseph des Carmes, demandent à descendre dans la crypte et vont s’agenouiller tout émus, dans le coin le plus obscur, sur une humble pierre tombale; puis, remontés dans l’église, ils déchiffrent l’inscription qui caractérise avec tant de justesse la primauté d’Ozanam dans le petit groupe des fondateurs de la Société de Saint- Vincent de Paul: Sodalitatis Beati Vincentii condendae auctor inter paucos primus.

DE LANZAC DE LABORIE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *