Ephémérides : 29 septembre

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

1663. Dans l’anse des Gallions, à dix-huit lieues de Fort-Dauphin, le Saint-Charles qui a quitté Paimbœuf, le 20 mai, jette l’ancre. Il a à son bord la septième équipe vincentienne de missionnaires envoyés à Madagascar, et qui comprend MM. Etienne et Manié et les Frères Patte et Lebrun. La traversée n’a pas été dépourvue de péripéties plus ou moins tragiques : il n’y a eu cependant qu’un seul passager à mourir. Le 14 septembre, après avoir doublé le Cap de Bonne-Espérance, voyageurs ont aperçu, — à temps pour l’éviter, — un iceberg d’une demi-lieue de circonférence. Dans son récit adressé à M. Alméras, M. Etienne notera fièrement : «Nous sommes les premiers qui ayons rencontré une montagne de cette sorte, en allant à Madagascar» (1).

1671. De Paris, M. Alméras annonce que Clément X accorde de nouvelles faveurs à la Compagnie. Elles ont été obtenues par le cardinal Spinola enthousiasmé des missions que les confrères de Rome ont données en son évêché de Sutri (2).

1856. À Châtillon-les-Dombes, le T.H.P. Etienne assiste à l’inauguration de la statue que la population a voulu dresser, sur l’une des places de l’antique cité, à la gloire de saint Vincent de Paul, son ancien curé. La statue est due au ciseau du sculpteur bressan Émilien Cabuchet. Le Père Etienne prononce le discours de circonstance : il y montre que Châtillon est la terre natale des œuvres charitables de saint Vincent, puisqu’elles dérivent de cette association des Dames de la Charité que le saint prêtre créa à Châtillon (3).

1883. À Château-l’Evêque, à la suite de la retraite pastorale que leur a prêchée ce si peu banal prédicateur qu’était notre confrère, M. Gillot, un bon groupe de prêtres de Périgueux, conduits par leur évêque, Mgr Dabert, vient en pèlerinage aux lieux où saint Vincent reçut l’onction sacerdotale. Dans l’église, brillamment illuminée, l’évêque célèbre la messe à laquelle tous les prêtres communient. Quatre-vingts Filles de la Charité, qui terminent, elles aussi, leur retraite, se sont jointes à eux, ainsi qu’une centaine de fidèles. Après la messe, Mgr Dabert prononce un beau discours, dans lequel il montre que le sacerdoce reçut par saint Vincent en cet endroit fut la source de sa Charité. Et l’évêque déclare : «Je suis heureux de réaliser aujourd’hui une pensée qui me préoccupait depuis bien des années : le pèlerinage est désormais inauguré ; maintenant nous attendons les pèlerinages des membres des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, des Dames de la Charité, des Enfants de Marie, des fidèles» (4).

1) Mémoires C.M. IX, p. 468.
2) Circulaires, t. I, p. 116.
3) Annales, t. 44, pp. 540-545.
4) Annales, t. 49, pp. 21-22.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.