Ephémérides : 02 mai

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

1612. À Clichy, Monsieur Vincent prend possession de la cure, dans l’après-midi, selon le cérémonial traditionnel. Un vaste territoire lui échoit en partage : sur l’actuel plan de Paris, il serait représenté par les neuf dixièmes du 17e arrondissement, un dixième du 18e, presque la moitié du 8e, et une petite partie du 9e. Pendant un an, c’est-à-dire tant que le Père de Bérulle, son directeur, ne lui conseillera pas d’aller comme précepteur chez les Gondi, Monsieur Vincent remplira admirablement ses fonctions pastorales et même, par la suite, chaque fois qu’il le pourra, il reviendra voir ses bons paysans de Clichy, dont il sera juridiquement curé, jusqu’en 1626 (1).

1648. Sainte Louise envoie une lettre à saint Vincent où elle dit qu’il y a 43 Sœurs à la Maison-Mère et que dès maintenant existe l’usage d’apporter leurs économies pour l’entretien des Anciennes, et des Sœurs du Séminaire. Elle lui demande de recevoir les Sœurs qui vont partir pour l’Hôpital du Mans et munit celles-ci d’un règlement où l’on peut lire : “Sœur Jeanne Lepintre portera au Mans un cœur tout de charité tant pour les pauvres malades que pour les Sœurs qu’elle mène et celles qu’elle trouvera… Et comme il y a d’anciennes hospitalières dans l’établissement, sainte Louise recommande : “elle aura grand soin de supporter et bien édifier les Filles premières qu’elle trouvera à l’Hôtel-Dieu… leur portant un respect cordial”. Elle insiste : “(toutes) se souviendront de conserver entre elles une grande douceur et support, avec ouverture de cœur et grande confiance en la Sœur Servante pour tous leurs besoins… se souvenant qu’elles ne sont au monde que pour aimer et servir Dieu et le prochain”. (R)

1660. À Chambéry, en revenant de Rome à Paris, meurt Louis de Chandenier, abbé de Tournus, grand bienfaiteur de la Congrégation de la Mission. Neveu du cardinal de la Rochefoucauld et abondamment pourvu par la fortune, il aurait pu mener la vie d’un brillant courtisan. A la mort de son oncle, il préféra se retirer au séminaire de Saint-Sulpice d’abord, puis à Saint-Lazare. Il fut l’un de ces rares hôtes privilégiés que Monsieur Vincent admit à demeure dans l’enclos de sa Compagnie. L’abbé de Tournus apporta son assiduité et sa ferveur aux Conférences des mardis. A ce titre, il fut chargé de diriger la mission prêchée à Metz durant deux mois et demi à partir du 6 mars 1658 et dont Bossuet, alors archidiacre de la ville, devait dire, après avoir du reste préparé cette belle évangélisation des seize paroisses messines : «Il ne s’est jamais rien vu de mieux ordonné, rien de plus apostolique, rien de plus exemplaire que cette mission». Louis de Chandenier a beaucoup aidé de ses largesses notre bienheureux Père ; il lui offrit, en particulier, son prieuré de Saint-Pourçain, au diocèse de Clermont, pour subvenir aux frais des retraites d’ordinands. L’abbé de Tournus s’intéressa aussi de façon très spéciale au Séminaire Saint-Charles. Refusant les évêchés qu’on lui offrait, ne s’occupant que de bien gérer son abbaye de Tournus, dans les environs de Mâcon, et les villages qui en dépendaient, Louis de Chandenier aurait voulu n’être qu’un membre de la Mission. Son humilité le faisait s’en juger indigne, et Monsieur Vincent qui sans doute trouvait que le neveu du cardinal de la Rochefoucauld était un personnage trop voyant pour sa «chétive Compagnie», ne le pressait pas. L’abbé de Tournus aura pourtant cette suprême joie d’être, sur son lit de mort, admis dans la Congrégation par M. Berthe qui a d’ailleurs rédigé une notice où, à travers le charme du style désuet, on sent passer le vertueux rayonnement de Louis de Chandenier (2).

1806. À Fain-les-Moutiers, naissance de sainte Catherine.(R)

1841. S’embarquent à Marseille trois Sœurs pour Smyrne et trois pour Constantinople. Elles y retrouveront quinze autres Sœurs envoyées depuis 1839. Quinze autres les suivront dans les deux ans à venir. A la fin de 1842, un autre groupe de neuf Sœurs part aussi pour l’Algérie.(R)

1) Coste I, 73-79. – (2) Notices II, 511-519 ; Coste II 62, 69, 71, 306, 321, 326, 327, 331, 336, 352 ; III, 14, 313. 324, 448.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.