Vincent de Paul, priest and philanthropist 22

Francisco Javier Fernández ChentoVincent de PaulLeave a Comment

CREDITS
Author: E. K. Sanders · Year of first publication: 1915.
Estimated Reading Time:

Appendices

Note I. to Part I, Chapter III

ACTE D’ASSOCIATION PASSE ENTRE S. VINCENT DE PAUL ET SES TROIS PREMIERS COMPAGNONS

Nous Vincent de Paul p’bre et principal du Collège des Bons Enfans fondé à Paris, joignant la Porte St. Victor, faisons foy à tous qu’il appartiendra : que selon la fondation faicte par Mgr. Philippe-Emmanuel de Gondy, Conte de Toigny, Général des Galères de France, et de feue Dame Françoise-Marguerite de Silly, Baronne de Montmirail et d’autres lieux, son espouse; pour l’entretien de quelques ecclésiastiques quy se tient et unissent ensembles pour s’employer en manière de mission, à catéchiser, prescher, et faire faire confession genérale au pauvre peuple des champs, selon qu’il est porté par le contract de fondation, passe pardevant Jean du Puis et Nicolas le Boucher, notaires et garde-nottes du Roi au Chastelet de Paris le dixseptiesme avril mil six (cent) vingt cincq. La dicte fondation approuvée et autorisée par Mgr. l’illustrissime et révérendissime Jean François de Gondy, Archevesque de Paris, du vingt quatriesme du dit mois mil six cent vingt six; par lequel contract il nous est donné pouvoir de faire choix de tels ecclésiastiques que nous trouverrons propres à l’employ de ce bon œuvre. Nous, en vertu de ce que dessus après avoir fait preuve, un temps assez notable, de la vertu et suffisance de François du Coudray, p’bre du diocèse d’Amyens, de M. Antoine Portail, prestre du diocèse d’Arles, et de M. Jean de la Salle, aussy p’bre dudit diocèse d’Amyens; avons iceux choisy, éleu, aggregé et associé, choisissons, élisons, aggregeons et asso­cions à nous et au dit œuvre, pour ensemblement vivre en manière de congrégation, compagnie ou confrairie; et nous employer au salut du dit pauvre peuple des champs, conformément à ladite fondation, le tout selon la prière que les dits du Coudray, Portail et la Salle nous en ont faict. avec promesse d’observer la dite fondation et le règlement particulier quy selon iceluy sera dressé ; et d’obéir taut à nous qu’à nos successeurs Supérieurs comme estant sous nostre direction, conduite et jurisdiction. Ce que nous susnommez, du Coudray, Portail, et de la Salle aggreons, promettons et nous soumettons garder inviolablement. En foy de quoy nous avons réciproquement signé la présente de nostre propre main ; et faict mettre le certificat des notaires.

Faict à Paris, au Collège des Bons Enfans ce quatriésme jour de septembre mil six cent vingt six.

Signe. Vincent de Paul, Du Coudray, Portail. de la Salle.

(The original document is preserved in the Archives of the Mission, Rue du Seine.)

Note II to Part I, Chapter III

AVIS POUR LES ORDINAND — 1628

I. Avant les Ordres.

I. Reconnaitre si l’on a vocation à l’état ecclésiastique.

  1. Prier Dieu et le faire prier pour connaître cette vocation.
  2. Consulter son confesseur ou quelque notable personnage pour cela.
  3. La vocation reconnue, l’embrasser avec pureté d’intention de la gloire de Dieu et de son salut.
  4. Avoir un titre qui ne soit ri feint ni faux.
  5. Faire publier les bans un mois avant l’ordination, porter le certificat de la publication, et de ses vie et moeurs.
  6. Se présenter à l’examen, avec l’esprit d’indifférence soit à l’admission ou à l’exclusion.
  7. Approchant le temps des exercises, produire quantités d’actes de renoncement au monde et de désir de se donner à Dieu.

II. Durant les Exercices.

  1. Entrer aux exercices avec grand désir d’apprendre les fonctions et les vertus propres de chaque Ordre, et celles qui sont convenables et communes à tout l’état ecclésiastique.
  2. Les Ordinands prieront Dieu chaque jour qu’il leur donne un coeur docile pour bien apprendre ce qui sera enseigné.
  3. Feront chaque jour des notes de ce qu’ils auront appris de plus remarquable.
  4. Emploieront fidèlement tout le temps pour faire tous les exercices.
  5. Demanderont quelque temps opportun à celui qui dirige les exercices pour penser et écrire leur confession générale.
  6. Demanderont au même permission de faire quelques humilia­tions, comme de servir à table ou balayer.
  7. Pendant qu’ils recevront les Saints Ordres, ils s’offrirent et consacreront à Dieu, sans réserve ni exception aucune en la manière qui leur sera enseignée.

III. Après le Exercices.

  1. Rendre actions de grâces de l’Ordre qu’ils ont reçu et des instructions qu’ils ont eues pour cela, à l’exclusion d’un millier d’ecclésiastiques qui ont reçus les Ordres en divers quartiers du monde sans cette préparation.
  2. Se proposer de bien pratiquer les dites instructions qu’ils ont reçues.
  3. De dire ou d’ouir tous les jours la sainte messe.
  4. Se confesser deux fois tous les huit jours à un même con­fesseur.
  5. Avoir un emploi de la journée et l’observer.
  6. Étudier de sorte qu’on puisse faire tous les dimanches une prédication ou un catéchisme.
  7. Avoir un directeur auquel l’on communique les difficultés de son intérieur.
  8. Accepter les charges et conditions auxquelles le prélat emploiera, et y demeurer en attendant un autre emploi, tel que le prélat le voudra donner.
  9. Faire son possible pour entrer dans les Conferences qui se feront, pour conserver la dévotion qu’on a reçue de Dieu pendant les exercices.

Note III to Part I, Chapter IX

ORDONNANCE DU ROI FAIT Â PARIS, 14 FÉVRIER, 165I).

De par le roi:

Sa Majesté étant bien informée que les habitants de la plu­part des villages de ses frontières de Picardie et de Champagne sont réduits à la mendicité et à une entière misère, pour avoirété exposés aux pillages et hostilités des ennemis et aux passages et logements de toutes les armées; que plusieurs églises ont été pillées et dépouillées de leurs ornements, et que pour sustenter et nourrir les pauvres et réparer les églises, plusieurs personnes de sa bonne ville de Paris font de grandes et abondantes aumônes qui sont fort utilement employées par les prêtres de la Mission de M. Vin­cent et autres personnes charitables envoyées sur les lieux où il y a eu le plus de ruines et le plus de mal, en sorte qu’un grand nombre de ces pauvres gens a été soulagé dans la nécessité et maladie. Mais qu’en ce faisant, les gens de guerre passant ou sejournant dans les lieux où lesolits missionnaires se sont trouvés, ont pris et détroussé les ornements d’église et les provisions de vivres, d’habits et d’autres choses qui étaient destinés pour les pauvres, en sorte que s’ils n’ont séreté de la part de Sa Majesté, il leur serait impossible de continuer une oeuvre si charitable et si importante à la gloire de Dieu et au soulagement des sujets de Sa Majesté. Désirant y contribuer de tout ce qui peut être en son pouvoir, Sa Majesté de l’avis de la reine régente, défend très-expressément aux gouverneurs et ses lieutenants-généraux en ses provinces et armées, maréchaux et maîtres de camp, colonels, capitaines et autres chefs et officiers commandant ses troupes, tant de cheval que de pied, Français, et étrangers, de quelque nation qu’elles soient, de loger ni souffrir qu’il soit logé aucuns gens de guerre dans les villages desdites frontières de Picardie et de Champagne, pour lesquels lesdits prêtres de la Mission leur demanderont sauvegarde pour assister les pauvres et les malades, et y faire la distribution des provisions qu’ils y porteront, en sorte qu’ils soient en pleine et entière liberté d’y exercer leur charité en la manière et à ceux que bon leur semblera. Defend en outre Sa Majesté à tous gens de guerre de prendre aucune chose aux prêtres de la Mission et aux personnes employées avec eux ou par eux, à peine de la vie, les prenant en sa protection et sauvegarde spéciale, en enjoignant très expressément à tous les bai tifs, séné chaux, juges, prévôts des maréchaux et autres offi­ciers qu’il appartiendra, de tenir la main à l’exécution et publica­tion de la présente, et de poursuivre les contrevenants, en sorte que la punition en serve d’exemple. Veux Sa Majesté qu’aux copies de la présente duement collationnées foi soit ajoutée comme à l’original.

(” Récueil Cangé, Ordonnances Militaires,” vol. xxviii.)

Note IV to Part II, Chapter VI

ESTABLISHMENTS OF THE COMPANY OF MISSION PRIESTS DURING THE LIFE OF VINCENT DE PAUL

1625.

  • Paris : College des Bons Enfants.

1632.

  • Paris : S. Lazare.

1635.

  • Toul.

1637.

  • Notre Dame de la Rose.

1638.

  • Richelieu.
  • Luçon.
  • Troyes.

1639.

  • Annecy.

1641.

  • Crécy.

1642.

  • Rome : Monte Citorio.

1643.

  • Marseilles.
  • Cahors.
  • Sedan.
  • Montmirail.

1644.

  • Saintes.

1645.

  • Le Mans.
  • Saint Méen.
  • Paris : S. Charles.
  • Genoa.
  • Algiers.
  • Tunis.

1648.

  • Tréguier.

1649.

  • Madagascar.

165o.

  • Agen.

1651.

  • Warsaw.

1652.

  • Montauban.
  • Turin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *