La vie de Saint Vincent de Paul, instituteur de la Congrégation de la Mission et des Filles de la Charité (031)

Francisco Javier Fernández ChentoVincent de PaulLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Pierre Collet, cm · Année de la première publication : 1748.
Estimated Reading Time:

Livre Second

16. Précautions’ qu’il prend pour le succès de ces exercices. Ma­tières qui si traitaient

colletA l’égard des entretiens, qui sont la partie essentielle de ces sortes d’exercices, on en faisait deux par jour ; l’un sur les vertus et les qualités nécessaires à un ministre de J.C. qui veut se sauver et sauver ses frères ; l’autre sur les principaux points de la Théologie morale.

Dans les entretiens, qui regardaient les vertus propres du saint Ministère, on parlait de l’Oraison mentale, sans laquelle un prêtre ne peut se soutenir dans la piété ; de la vocation à l’état Ecclésiastique, de l’esprit Sacerdotal, des Ordres en général et en particulier, des dispositions où il faut être pour les bien recevoir, de la science nécessaire pour en bien faire les fonctions ; et enfin de la vie sainte et laborieuse, que doivent mener ceux qui sont chargés de cultiver la vigne du père de famille.

Quant aux entretiens, qui avaient pour objet la Théologie morale, on y parlait des censures, des irrégularités, du sacrement de Pénitence, des dispositions nécessaires, soit à ceux qui s’en approchent, soit à ceux qui sont chargés de l’administrer ; des lois divines et humaines, des péchés, de leurs circonstances, de leurs effets et de leurs remèdes ; des vertus Théologales, des Commandements de Dieu, des Sacrements, du Symbole des Apôtres. Comme il n’était pas possible de traiter avec étendue tant de matières en si peu de temps, on s’efforçait au moins d’en donner un précis, qui pût rappeller aux jeunes ecclésiastiques ce qu’ils avaient étudiés plus au long, et leur donner quelque teinture de ce qu’ils ne savaient pas encore. Pour le leur inculquer de plus en plus, après chaque entretien on assemblait les Ordinands. On les distribuait par bandes, dont chacune était composée de douze à quinze personnes. On mettait ensemble ceux dont la capacité était à peu près égale. A chacune de ces petites Académies présidait un prêtre de la Mission, qui conférait avec ces Messieurs sur ce qu’on avait dit de plus important et de plus nécessaire. Vincent n’aimait pas les idées abstraites et générales ; il voulait du détail, et dans ce détail beaucoup de simplicité: il était persuadé, que, pourvu qu’on suivît bien cette méthode, les Ordinands remporteraient presque tout ce qu’on leur aurait dit.

Surtout le saint prêtre ne pouvait souffrir ces entretiens pompeux, qui semblent n’être faits que pour charmer les oreilles. Tout discours, qui n’allait qu’à mériter des applaudissements à son Auteur, était, selon lui, un discours non seulement inutile, mais pernicieux. Nos Ordinands, écrivait-il en 1656. se sont grâce à Dieu, retirés satisfaits, après nous avoir grandement édifiés. Monseigneur l’évêque de Sarlat leur a fait l’entretien du soir admirablement bien : et comme on a regardé de près la cause d’un si heureux succès, on a trouvé qu’il était dû à son humilité, qui l’a porté à suivre mot à mot l’ancienne simplicité de ceux qui ont commencé les premiers ces exercices. D’autres, en se servant de mots nouveaux, et de nouvelles pensées, ont cru faire merveilles ; mais en prêchant à la mode, ils ont tout gâté. Plaise à Notre Seigneur de nous faire part de sa simplicité. Nous verrons ailleurs, en parlant des vertus du saint, que la simplicité en tout genre, fut une de celles qu’il chérit davantage. Nous remarquerons seulement ici, qu’il fut si touché de celle de M. de Sarlat, qu’au sortir d’un de ses entretiens, il lui dit en le félicitant : Monseigneur, vous m’avez converti aujourd’hui ; vous avez parlé si bonnement et simplement, que j’en ai été attendri, et que je n’ai pu m’empêcher d’en louer et d’en bénir Dieu. Ah ! Monsieur, répondit le prélat, je dois vous avouer avec la même simplicité, que j’aurais pu me servir d’un style plus poli, et plus relevé : mais j’aurais offensé Dieu, si je l’avais fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *