Jean-Gabriel Perboyre, Lettre 027. A son Cousin, à Montgesty

Francisco Javier Fernández ChentoÉcrits de Jean-Gabriel PerboyreLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean-Gabriel Perboyre · La source : Lettre 27. — Maison-Mère, original 22 bis..
Estimated Reading Time:

Mon cher cousin,

Vos lettres m’ont fait un bien sensible plaisir. Je vous en remercie comme d’autant de cadeaux. Je regrette que mes occupations ne m’aient pas permis de vous répondre plus tôt et plus souvent. Maintenant nous sommes en vacances ; j’allais vous écrire par la poste, si je n’avais pas trouvé d’occasion, mais M. le Supérieur du séminaire de Cahors m’en offre une très favorable.

J’aurais été charmé de vous procurer le cahier d’écriture que vous m’avez demandé, mais il n’y en a pas à Saint-Flour ; si par cas j’en rencontrais, je ferais votre commission. Je suis bien aise que vous regardiez ma mère comme la vôtre ; elle vous aime elle-même comme un de ses enfants. Allez la voir de temps en temps. Priez M. le Curé de Montgesty de vouloir bien vous diriger dans votre nouvelle carrière ; suivez en tout ses bons avis. Présentez-lui mes respects.

Nos Messieurs ont été très sensibles à votre souvenir, et m’ont recommandé de vous dire bien des choses. Ils sont tous maintenant en vacances. Ils ont trouvé que vous aviez bien fait d’accepter la pédagogie qu’on vous a offerte afin qu’en travaillant à rétablir votre santé vous puissiez vous occuper utilement. N’oubliez pas cependant que vous êtes parti malade de Saint-Flour, et ménagez-vous de manière à ce que vous soyez bientôt parfaitement guéri. J’irai probablement ces vacances faire un tour par là ; je vous verrai avec bien du plaisir.

En attendant je vous embrasse bien affectueusement,

J.G. Perboyre ind. p. d. l. m.

Mes respects à votre papa.

Saint-Flour, le 16 août 1831.

Suscription : A Monsieur Perboyre, instituteur à Montgesty.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.