Histoire générale de la Congrégation de la Mission (30)

Francisco Javier Fernández ChentoHistoire de la Congrégation de la MissionLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Claude-Joseph Lacour cm · Année de la première publication : 1897.
Estimated Reading Time:

XXX. Établissements étrangers

logocmLa Congrégation n’avait encore qu’une maison dans le royaume de Pologne, savoir celle de Varsovie, où comme on a dit ci-devant, on avait érigé un séminaire interne pour y recevoir des Polonais. Il s’en fit ensuite d’autres acceptés par M. Jolly. Un évêque polonais ayant eu une connaissance particulière de l’institut, avant que d’être promu à l’épiscopat, demanda des Mission[nai]res pour son diocèse, et on lui en accorda trois, qui allèrent d’abord commencer par une mission en la ville de Culm dans la Prusse royale, où on devait faire l’établissement. M. Eveillard, supérieur de Varsovie, s’y rendit pour travailler à cette nouvelle maison dont il devait ensuite donner le soin à un autre pour venir chez lui. M. Jolly manda cette nouvelle par sa lettre du 8 janvier 1675, où il ajoute que la Congrégation commençait d’être plus connue en Pologne que ci-devant, et qu’il y avait de la disposition à bien d’autres établissements, avec espérance d’y faire beaucoup de bien quand il y avait multitude d’ouvriers. On se chargea à Culm de la paroisse de St.-Adalbert près de Dantzig, et un séminaire externe. On faisait aussi de temps en temps des missions qui avait un bon succès.

En 1682, Mgr Blalakouski1 évêque de Cracovie appela de même les Missionnaires au nombre de trois pour leur confier son séminaire, et leur donna encore peu de temps après une autre maison dans le faubourg de Stradom pour y faire les exercices de l’ordination, et des missions dans les campagnes du diocèse, qui est fort étendu. Ils sont là au nombre de cinq prêtres. Ce grand prélat était très affectionné à la Compagnie, et son portrait se voit à St.-Lazare dans la salle de même nom entre en grand nombre d’autres des bienfaiteurs signalés de la Compagnie, que l’on y conserve pour le souvenir des biens qu’ils lui ont faits, et pour marquer de la reconnaissance à ces illustres défunts.

Quatre autres Missionnaires allèrent à Vilna, capitale du grand-duché de Lituanie, pour y faire un nouvel établissement en 1687, selon les désirs de Mgr l’évêque2 de cette ville pour un séminaire et des missions. Celles-ci sont pénibles à cause de l’étendu de diocèse, et de la qualité du pays, qui est plein de bois et marécageux.

M. Godquin3, missionnaire français, prit le chemin de Presmilie, ville épiscopale de la petite Russie, au midi de la Pologne, où Mgr l’évêque4 fonda là la même année 1687, une maison de trois prêtres pour un Missionnaire. Je dis5 pour un séminaire.

Mgr le cardinal Radjajouski6, archevêque de Gniesen et primat de Pologne en voulut avoir trois autres qu’il fonda à Lowitz, ville de sa résidence ordinaire pour un séminaire externe, et des missions. Cet illustre cardinal était tout dévoué à la Congrégation, et retenait les Missionnaires dans son propre palais, les traitant comme ses enfants.

M. Jolly vit pareillement multiplier en Italie les maisons de la Congrégation. La Sérénissime République de Gênes qui a l’île de Corse en souveraineté ayant en connaissance des grands biens, et conversions signalées faites dans cette île par le moyen des missions. Et étant d’autre part très satisfaite des travaux des Missionnaires qui composaient la maison de Gênes, fit bâtir une magnifique maison de la Bâtie, aujourd’hui ville principale de Corse, où réside le gouverneur, l’évêque d’Aleria7, y faisait faire les exercices de l’ordination outre les missions qu’on continua dans les bourgs et villages de l’île, on fonda là huit Missionnaires en l’année 1678.

Deux ans après, M. Jolly, à l’instance de Mgr l’évêque de Perugia8 dans les états du pape, envoya là des Missionnaires au nombre de quatre, à la tête desquels était M. Martin, pour s’y employer aux exercices de l’ordination, et des missions.

La même année, six autres Missionnaires furent envoyés à Reggio, ville épiscopale dans les états du duc de Modène, pour un séminaire externe et des missions. Et encore six autres à Pavie dans l’état de Milan pour les mêmes fonctions. M. Jolly donna avis de ces deux derniers établissements, et il en parle ainsi dans une lettre du 19 août 1687. Il s’est fondé une nouvelle maison dans la ville de Reggio en Lombardie pour des missions. Et on a envoyé des sujets à Mgr l’évêque de Pavie pour son diocèse. Depuis environ un an dont le dit prélat poursuit l’établissement. Ce prélat était Mgr Trotty9, fort ami de la Compagnie, et très estimé dans la cour de Rome. Et il a failli d’être cardinal. Toutes les fonctions de notre institut, ajoute M. Jolly, se font dans ce dernier diocèse. On y fait plusieurs missions avec beaucoup de succès. Mgr a établi une conférence d’ecclésiastiques dans la ville, à la quelle il assiste lui-même quand il peut. On y reçoit des personnes à retraites, et il y a vu commencement de séminaire externe. De plus en l’année 1686, il se fit un nouvel établissement de cinq prêtres dans la petite ville épiscopale de Macerata, voisine de N[otre]. Dame de Lorette, en la Marche d’Ancone pour les exercices de l’ordination, dont on faisait cas en Italie, et pour des missions.

  1. D’une autre main: Malachowski; Jan Maûachowski, † 1699; ancien évêque de Culm.
  2. Constantine Casimir Brzostowski, † 1722.
  3. Paul Godquin, 1636-1712.
  4. Jan Stanisûaw Zbâski, évêque de Przemyœl, de 1677 à son transfert en 1688.
  5. Raté dans le manuscrit.
  6. Michael Radziejowski, † 1705.
  7. Mario Emmanuele Durazzo, évêque d’Aleria, 1674-1704.
  8. Luca Alberto Patrizi, évêque de Perugia, 1669-1701.
  9. Lorenzo Trotti, évêque de Pavie, 1672-1700.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *