Ephémérides: 27 mai

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

En 1804, au palais de Saint-Cloud, Napoléon signe le décret rétablissant la petite Compagnie. Pour ménager les susceptibilités révolutionnaires et jacobines, le texte évite d’employer les mots « Congrégation de la Mission » et se contente de parler d’une « association de prêtres séculiers qui, sous le titre de prêtres des Missions Étrangères, seront chargés de missions hors de France. » Ce sont là les termes de l’article 1er. Le décret statue que «l’établissement et le séminaire seront placés à Paris dans le bâtiment qui leur sera affecté », et que « l’église dépendante de ce bâtiment sera érigée en cure sous l’invocation de saint Vincent de Paul. » L’article 2 proposant que l’archevêque de Paris présente le sujet qu’il jugera capable de remplir les fonctions de directeur, a été entièrement biffé par Napoléon et, de sa plume nerveuse, l’Empereur a écrit dans la marge « Le directeur des Missions Étrangères sera nommé par l’Empereur. » Cet article, inquiétant à première vue, ne fut jamais appliqué dans son sens littéral : pratiquement le gouvernement se bornera à approuver la nomination du supérieur général faite selon les Constitutions. C’est parce qu’il aura oublié, ou ignoré, cette interprétation constante, que Mgr Affre, en 1843, après la démission de M. Nozo, nous créera quelques difficultés. Ce décret de 1804 sera révoqué par Napoléon lui-même, le 26 septembre 1809, puis remis en vigueur par Louis XVIII (1).

En 1862, Un bateau de guerre, L’Orénoque, vient chercher à Lisbonne les Sœurs que chasse la Révolution. Elles étaient venues pour s’occuper de soigner les cholériques et élever les orphelins. Elles partent, mais la Province reprendra plus tard un bel essor.(R)

En 1896, à Saint-Louis du Missouri, un terrible cyclone secoue la ville ; il fait cinq cents morts et douze cents blessés. Les Filles de la Charité et les Prêtres de la Mission n’ont à déplorer aucune perte humaine. Par contre, les dégâts matériels sont assez importants : deux des maisons des Sœurs sont gravement endommagées. L’église Saint-Vincent dont les confrères sont chargés et qui est leur plus ancien établissement à Saint-Louis, a eu son clocher abattu et une grande partie de sa toiture arrachée (2).

En 1900, à Rome, avec soixante-seize autres martyrs de la Cochinchine, du Tonkin et de la Chine, François-Régis Clet est béatifié. Le Très Honoré Père Fiat et la Très Honorée Mère Kieffer, ainsi que Mgr Ferrant, pro-vicaire apostolique du Kiangsi septentrional, assistent à la grandiose cérémonie. Dans le bref apostolique de béatification qui fut lu dans la basilique Saint-Pierre devant une foule que cette année jubilaire avait faite plus nombreuse et plus vibrante, le passage concernant notre glorieux confrère, commence par ces mots : « La Congrégation de la Mission de Saint-Vincent de Paul, qui embrasse toutes les œuvres de Charité, et qui est étendue jusqu’aux extrémités du monde, a associé aux martyrs indiqués plus haut le Vénérable Serviteur de Dieu, François-Régis Clet » (3+R).

En 1965, à l’audience accordée par le Saint-Père aux Visitatrices réunies en Assemblées d’affaires, le Pape leur avait dit “A l’exemple de saint Vincent de Paul et de sainte Louise de Marillac, continuez à servir les Pauvres, à compatir à leurs souffrances et à répondre à leurs appels, même si cela doit déranger un peu parfois votre vie de Communauté, puisque vous ne vivez en Communauté que pour être plus disponibles à ceux qui ont besoin de vous et qui sauront, par vous, que le Christ les aime à ce point : c’est Lui qui est la source de votre charité et qui vous donne la force de vous renoncer pour un plus haut service”. (R)

————————————————————————————————————

(1) Actes du Gouvernement, pp. 75-76.
(2) Annales, t. 61, pp. 501­503
(3) Annales, t. 65, pp. 315-359

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.