Ephémérides: 20 décembre

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

1596. Dans la collégiale de Bidache, qui appartient aujourd’hui au diocèse de Bayonne, Vincent de Paul reçoit, des mains de Salvat Diharse, évêque de Tarbes, la tonsure et les ordres mineurs. Il y a été autorisé par le chapitre de Dax dont le siège épiscopal est vacant1.

1812. À Paris, au séminaire des Missions Etrangères, où, chassé de Rome trois ans auparavant, il s’est réfugié, Mgr Benoît Fenaja que Pie VII avait nommé vice-gérant de Rome, puis patriarche de Constantinople, meurt à l’âge de soixante-seize ans, après une vie méritante de Prêtre de la Mission2.

1854. À Gondar, en Abyssinie, Abba Ghébré Michaël et ses compagnons vivent leur sixième mois d’emprison-nement. Malgré les menaces et les brutalités révoltantes de l’abouna Salama, — l’orgueilleux schismatique dont les protestants ont patronné l’élévation à l’épiscopat, — les prisonniers tiennent bon. Il y a tout juste une semaine, ils ont été libérés de l’horrible supplice du “ghend” : pendant six mois, les jambes de chacun d’entre eux ont été enserrées dans un morceau de tronc d’olivier, très gros et long d’un mètre qui a déchiré leurs chairs et leur a rendu tout mouvement impossible… Comme il a reçu l’ordre de rejoindre l’empereur Théodoros en son camp, Salama ne veut pas laisser ses prisonniers à Gondar où les chances d’évasion sont trop grandes : il compte expédier ses captifs dans un autre de ses fiefs. Auparavant, en ce 20 décembre, il les fait comparaître devant son tribunal, avec l’espoir d’obtenir enfin leur abjuration. Ghébré Mickaël est entrepris, le premier ; et comme en dépit de sa faiblesse physique, il reste inébranlable, Salama fait cruellement flageller devant lui ses compagnons dont la foi ne vacille pas non plus sous les coups de fouets… Quand il est lui-même bien repu du spectacle sanglant, l’évêque schismatique conclut la séance par ces mots : “Aujourd’hui, j’ai fait le premier labour sur votre dos. Je ferai les labours suivants, de trois jours en trois jours”3.

1899. Donnant de ses nouvelles à la Mère Lamartinie, la Supérieure de la Bienfaisance de Cordoba, écrit après la fin des hostilités entre les Etats-Unis et l’Espagne : “On nous a amené 548 enfants, filles et garçons. 97 ouvriers sans abri sont là aussi avec la crèche et les vieillards”. (R)

1904. Pour la première fois, les Prêtres de la Mission et les Filles de la Charité célèbrent la fête spéciale de saint Vincent, Patron universel des Œuvres de Charité. C’est à la demande du T.H.P. Fiat que la Congrégation des Rites a fixé, pour la double famille, cette fête au 20 décembre, et saint Pie X, en la première année de son pontificat, a approuvé cette décision4.

  1. Coste I, 32.
  2. Circulaires, t. II pp. 238-240.
  3. Coulbeaux : Un martyr abyssin, Paris, Poussielgue 1902, pp. 150-181.
  4. Annales, t. 69, pp. 5-7.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.