Ephémérides : 19 mars

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

l794. Au Mans, Jean Guibaud est guillotiné. Il était né le 25 janvier 176l, aux Toucas près de Solliès, dans le Var. Après son ordination, il fut placé au Mans ; il y donna des missions jusqu’au jour où, en 1792, un évêque constitutionnel fut installé dans la ville. Quand le district du Mans eut statué, que les missionnaires devraient quitter leur maison, Jean Guibaud se réfugia dans diverses demeures de la ville. Dénoncé par une femme qui feignit de vouloir se confesser à lui, il fut arrêté le 24 février 1794 et, les jours suivants, condamné à mort, parce que, selon la saisissante formule du verdict, «le fait est constant que ledit, Guibaud est Prêtre de la ci-devant Congrégation de la Mission» (l).

1805. Mère Seton se prépare à sa première Communion fixée au 25 du même mois. « Le jour de l’Annonciation, écrit-elle, je ne ferai plus qu’un avec celui qui a dit : « Si vous ne mangez ma chair, si vous ne buvez mon Sang, vous n’aurez pas de part avec moi… » Je compte les jours et les heures. Encore un peu d’attente, encore un peu et puis… Soleil brillant de ces marches matinales des jours de préparation (pour aller à la paroisse). Neige épaisse ou glace, c’est tout pareil pour moi. Je ne vois rien que la petite croix qui brille sur le clocher de Saint-Pierre. Les enfants sont fous de joie à la pensée d’aller avec moi à leur tour ».

1921. À Paris , le T.H. Père Verdier érige la province de Hollande. Elle se compose alors des quatre établissements des Pays-Bas, des trois maisons de la Bolivie et du vicariat apostolique du Tchély oriental. M. Henri Romans est nommé visiteur. La province de Hollande n’a cessé de se développer : sur le territoire même du royaume, le nombre des maisons a doublé, et deux vice-provinces, l’une à Java, l’autre au Brésil, sont les filles bien portantes de la Province-Mère qui naissait, il y a trente-cinq ans. (2)

1926. Le Père Verdier élève au rang de province, la vice-province de Hongrie. M. Aronffy en est le premier visiteur. L’avenir semblait plein de promesses pour nos confrères hongrois. Malheureusement, succédant aux douleurs de l’occupation allemande, la persécution communiste a décrété la fermeture de tous les établissements religieux, et à l’heure actuelle, les Lazaristes hongrois vivent dispersés (3).

1929. Mort de M. Antoine Salat, assistant de la Maison-Mère depuis le 15 août 1928, et visiteur de la province de France depuis le 10 octobre de la même année. Il était né dans le Cantal, le 14 octobre 1955. Il fut missionnaire à Angers, à Bordeaux, à Prime-Combe, à Verviers, et, pendant dix-huit ans, directeur en Espagne des Filles de la Charité à cornette. Partout où il passa, M. Salat est apparu comme un homme d’une vie intérieure profonde. Les notes que depuis son séminaire il avait pris l’habitude de rédiger, montrent sa volonté tenace d’intensifier son intimité avec le bon Dieu et la Très Sainte Vierge. C’est en la fête de saint Joseph, modèle des hommes intérieurs, que la mort mit un ferme aux efforts persévérants de ce confrère, qui, au dire d’un curé, de l’Anjou, valait «deux missionnaires et deux Auvergnats» (4).

1) Louis Calendini : « M. Jean Guilbaud» , édit. Le Mans, 1936.
2) Annales , t. 86, pp. 281-282 et Catalogue C.M. 1956.
3) Annales , t. 99, p. 65 et Calalogue C.M., 1956
4) Annales, t. 94, pp. 545-562.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.