Ephémérides: 12 juin

Francisco Javier Fernández ChentoÉphémérides vincentiensLeave a Comment

CRÉDITS
Auteur: Jean Gothier, C.M. · La source : Encyclopédie Vincentiennne.
Estimated Reading Time:

1763. Décès de M. Joseph Buisson, Directeur des Filles de la Charité. Il travailla avec M. Jacquier et Sœur Gest, Supérieurs Généraux.(R)

1816. À Bordeaux, M. de Andreis, M. Rosati, M. Acquaroni et le frère Blanca s’embarquent pour l’Amérique. Ils vont être les premiers enfants de saint Vincent à s’installer dans le Nouveau-Monde. Mgr Dubourg, évêque de la Nouvelle-Orléans, qui leur a demandé de prendre rang parmi ses collaborateurs, ne peut partir avec eux. Pendant un an, nos confrères attendront son arrivée au séminaire Saint-Thomas de Bardstoiw (1+R)).

1888. Au Vatican, dans la salle du Trône et en présence de Léon XIII, à la question : «Le martyre, la cause du martyre, ainsi que les signes et miracles, dans le cas de Jean-Gabriel Perboyre, sont-ils constatés ? », la Sacrée Congrégation des Rites répond par un vote affirmatif (2).

1924. À Shanghai, clôture du premier Concile plénier de Chine. Sur les quarante évêques présents, onze sont Lazaristes (3).

1938. À Tuléar, où, de son poste d’Ankazoabo, il a été transporté et soigné pour un abcès de la gorge, et au moment où il semblait entrer en convalescence, M. Joseph Hennebelle meurt sans agonie. Il allait avoir quarante ans. Né à Bergues, le 28 novembre 1898, il était entré au séminaire interne de Paris, le 24 septembre 1915. Il désirait Madagascar. A cause de sa santé précaire, ses supérieurs n’acquiescèrent pas à sa demande, et M. Hennebelle fut placé comme professeur à Gentilly. Mais, au bout de quatre ans, son désir persévérant d’apostolat malgache fut exaucé. Et il suffit de neuf ans à M. Hennebelle pour creuser un sillon remarquable. Il fut chargé d’organiser dans un rayon de cent cinquante kilomètres, le district d’Ankazoabo, voisin de Tuléar. Dans ses visites régulièrement faites aux villages dont il avait la charge, il comprend que son ministère auprès des Bara ne sera efficace que s’il peut atteindre les enfants. Admirablement aidé par le Frère Nogues, il construit, en pierre, une vaste école-internat dont la solennelle inauguration était organisée pour le mois de juillet 1938. En même temps, M. Hennebelle faisait surgir du sol une maison pour les Filles de la Charité, et il songeait à une résidence pour les Frères enseignants. Son travail de bâtisseur ne lui faisait nullement négliger l’action spirituelle, pas plus que les soucis ne portaient atteinte à son sourire qui, au milieu d’une barbe inculte, s’épanouissait, même quand on le taquinait à propos de la fréquence de ses pannes d’auto. Energique et tenace, d’une bienveillance de cœur conquérante, M. Hennebelle n’a suscité que des sympathies. Sa mort fut un deuil douloureux pour son évêque et ses confrères, pour ses Malgaches et pour les Européens (4).

1959. Érection de la Province de Sardaigne.(R)

1) Coste, La Congrégation de la Mission, p. 226.
2) Annales, t. 53, p. 315.
3) BulletinCatholique de Pékin, 1924, pp. 242-244.
4) Annales, t. 103, pp. 816-820, et B.M.L., 1938, pp. 229-232.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.